Jean-Gad et Manu sont deux trentenaires simplets que leur légère débilité a mis sur la touche. Pas très malins, un peu escrocs et sans doute très paresseux, ils sont à la recherche du moyen de gagner de l’argent sans faire d’effort.

Un jour, dans le coffre d’une voiture qu’ils ont ouvert avec une arrière-pensée coupable, ils tombent sur une mouche géante. Et si leur découverte, encombrante dans un premier temps, était au contraire une aubaine ? Et si, une fois dressé, l’insecte difforme leur apportait la fortune ? Leur passage à l’acte les conduit à des rencontres hautes en couleur et les entraîne dans une série d’aventures toutes aussi déjantées les unes que les autres, d’autant plus drôles que la comédie, tout en jouant la carte d’une grande liberté d’inspiration et de ton, résiste à tout surlignage. De bout en bout le film, par un magnifique tour de passe-passe qu’on pourrait appeler le« talent », baigne dans la subtilité et l’intelligence.

En faisant un retour sur sa filmographie, Quentin Dupieux faisait le constat que dans chacune de ses réalisations, il y toujours un ou plusieurs morts. Il décide, après Le daim, que son prochain film sera une comédie sans le moindre mort, une franche comédie. Et c’est réussi !

Mandibules est le film le plus drôle, le plus réjouissant qu’il ait été donné à voir depuis longtemps.

A un duo désopilant de personnages naïfs pour ne pas dire simplets, irrésistibles mais sans jamais forcer le ton, s’ajoutent des protagonistes qui nous amusent par le jeu de leur simple comportement, leur simple présence. Rien n’est jamais forcé, rien n’est jamais tapageur et pas besoin ici de mots d’auteur faisant mouche, pas besoin de puiser dans la réserve des gags habituels du genre comique.

On saura à la dernière image du film ce que contenait le fameux coffret que le duo de gaffeurs avait pour mission de livrer à un mystérieux destinataire.

Un dénouement à la hauteur du reste du film. Une réjouissante pirouette à ajouter au plaisir du spectateur.

Les comédiens sont efficaces, drôles dans la bonne mesure, sympathiques et à l’occasion émouvants et on appréciera entre autres, la composition irrésistible d’Adèle Exarchopoulos dans le rôle d’une jeune femme dont le handicap est de ne pas pouvoir doser la portée sonore de sa voix.

Un pur régal.

Francis Dubois

“Mandibules”- film de Quentin Dupieux (France) – Sortie en salles prévue normalement le 16 décembre 2020


Bienvenue sur le blog Culture du SNES-FSU.

Des militants partagent ici des critiques littéraires, musicales, cinématographiques ou encore des échos des dernières expositions mais aussi des informations sur les mobilisations des professionnels du secteur artistique.

Des remarques, des suggestions ? Contactez nous à culture@snes.edu